Quel management instaurer pour garder des employés motivés ?

D’une entreprise à une autre, les conditions de travail et de management peuvent varier. Faire preuve d’initiatives et de bonne volonté permet une bonne intégration dans une équipe. Mais, comment faire en cas de difficultés au travail, sans perdre de motivation ?

Une formation du  management serait-elle alors nécessaire pour une amélioration des conditions de travail et de production ?

 

Excès de démotivation au travail

Certains cas de  démotivation extrêmes peuvent aboutir à des formes sévères de dépression voire même au suicide.
Les employés, ouvriers, managers, patrons, ayant une surcharge de travail affolante, certains ne résistent pas à la pression.

C’est le cas de salariés de grandes firmes comme Renault. On se souvient de cas de suicides sur le lieu de travail. On est malheureusement loin de cas isolés, la société Orange aussi a fait parler d’elle sur ce sujet.
La rigidité managériale, serait-elle facteur de démotivation ?

Vers une évolution de travail pour une meilleure productivité

Une pratique flexible de travail s’est étendue dans les années 1990, aux États-Unis. En effet, d’après une étude de Paul Osterman, plus de deux tiers des établissements privés utilisaient des pratiques de travail flexibles, telle que, l’équipe autonome, une démarche de qualité totale, une rotation de poste et de cercle de qualité.

Ce changement organisationnel a joué favorablement sur les conséquences des performances des entreprises américaines, mais uniquement dans des circonstances particulières.
La production est à la quête de rapidité, flexibilité et utilisations de compétences humaines.

Cette flexibilité de travail aboutit maintenant à un nouveau mode de management en France, la valorisation des initiatives des salariés, l’innovation participative.

Formation des personnels, évolution vers l’innovation participative

Afin de valoriser les salariés, des formations au sein des entreprises sont dorénavant présentes afin de les former. Le développement des technologies de l’information et de la communication oblige celles-ci à améliorer la qualité de leurs produits et services.

La formation s’est imposée doucement aux directions d’entreprise, afin d’être un moyen de mise à jour des connaissances, de perfectionnement, et compétences du personnel.
Une évolution de ces formations a abouti à la formation continue à l’ensemble des salariés, autre que la direction.

Des formations structurées, qualifiantes et continues sont dorénavant possibles afin d’aider les travailleurs à accomplir des tâches précises.

A l’Université Paris 8 en banlieue parisienne, par exemple, existe un service de formation continue de tout le personnel de l’université afin de leur permettre une évolution tout au long de leur carrière.
Ces formations permettraient une évolution vers l’innovation participative.

Valorisation des initiatives des salariés, l’innovation participative

L’innovation participative associe tous les salariés à la stratégie d’une entreprise. Ce sont des diffusions d’idées entre eux et les clients, une vraie valeur ajoutée d’amélioration de la production.

En effet, elle permet de mettre tous les salariés à part plus égale au sein d’une entreprise, puisqu’ils sont tous conviés à donner leurs idées sur les mêmes thèmes. Pour cela, les employés de mieux en mieux formés peuvent s’y prêter à cœur joie.

Des plates-formes sont créées pour permettre un contact direct entre les clients et les employés à tous niveaux d’organisation d’une société. C’est le cas de HCL qui a conçu la plate-forme Value Portal afin de pouvoir travailler plus étroitement avec ses employés en leur donnant la parole.

Beaucoup de salariés peuvent s’exprimer sur le suivi de nouvelles recrues par exemple, des cheklists peuvent être proposés afin de pouvoir renseigner les informations des nouveaux arrivants.

L’innovation participative, c’est aussi un mode de management plus souple. Où l’employé et son bien-être sont au cœur de cette volonté de réussite de l’entreprise.
Pour cela, certaines grosses entreprises ne lésinent pas sur les moyens et voient gros pour le bien-être de leurs employés.

C’est le cas du  nouveau cadre de vie des 350 salariés de Microsoft, où 10 000 m2 d’un hôtel particulier à Paris ont été aménagés pour le confort de ses salariés. Baby foot, salle de sport, tout y est pour motiver les équipes.

Total se voit offrir deux piscines à ses salariés, une médiathèque et un laboratoire photo. Pricewaterhouse Coopers, a même nommé un espace« Pricewatercool » pour les consultants . Ils peuvent alors se relaxer dans des fauteuils de massage et faire la sieste.

L’innovation participative est une démarche de management structurée qui a pour but de stimuler et faciliter la mise en œuvre de la diffusion d’idée.

 Des grands groupes aux PME-PMI-TPE

Il est naturel de penser que l’innovation participative est réservée aux grandes entreprises. Elles ont des moyens, des possibilités et il est plus facile pour elles de mettre en œuvre des processus d’échange qui facilitent l’émergence d’idées créatives… et rentables d’échanger avec des clients importants, et d’offrir des prestations de qualité à ses salariés.

Les PME et TPE sont de plus en plus créatives. Un des véritables avantages des PMI par exemple, est leur structure organique, une qualité structurelle  qui est un atout en terme de réactivité et de flexibilité.
La politique française met en avant l’idée de soutien au développement de PME. Le groupe OSEO est une agence soutenant les projets innovants des PME et des TPE. (insee)

Avec ces aides possibles, on en déduit tout de même, que gagner en notoriété, trouver des partenaires et des clients est indispensable à la survie des petites et moyennes entreprises. Face à cette difficulté, elles ont appris à se développer, à innover et à créer. Elles utilisent leur réseau pour se faire connaître.

Comment alors réussir à faire participer les TPE et PME dans l’innovation participative ?

Deux étapes sont importantes :

  • Identifier les besoins.
    Il faut se poser des questions bien réfléchies, afin de bien comprendre les besoins de ses clients.
  • Identifier les contributeurs de l’innovation participative.
    Les personnes proches, celles de l’entourage et de l’entreprise sont très importantes.Les réseaux sociaux tels que Linkedin, Viadéo sont aussi intéressants afin de mobiliser la communauté d’internautes.Si vous tenez un blog, il ne faut pas sous-estimer l’importance des relations engendrées grâce à celui-ci.Enfin, les grandes écoles, écoles supérieures sont à la recherche de cas concrets. Les élèves sont les meilleurs promoteurs de l’innovation.

Crédit photo : Flickr, CorporatieNL; Denis Wrong

Mot-clé :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *