Les nouvelles approches du coaching, entre véritables outils RH et fantaisies marketing

trouver le bon coach

Nous assistons depuis quelques années à un véritable essor du coaching, notamment pour l’entreprise. Un véritable marché semble émerger, qui a donné naissance à un catalogue digne de Prévert de méthodes, de tests, de certifications en tous genres. Du mentor au chamane en passant par l’équicoaching ou le spa quantique, comment s’y retrouver dans ce fouillis ?

Un réel besoin des entreprises.

Sous la pression économique ou sociale, l’organisation classique de l’entreprise ne parait plus adaptée à ce monde en perpétuelle évolution. L’arrivée des générations X, puis Y, on parle aujourd’hui de K, bouleverse les habitudes. De nouveau concepts et outils RH voient le jour, mais les appliquer dans l’entreprise n’est pas toujours simple et les DRH ont bien du mal à s’adapter. Dynamiser une équipe commerciale, rétablir les circuits de communication, développer une vraie culture d’entreprise et une cohésion d’équipe, ou même régler des points spécifiques pour tel ou tel collaborateur, pourquoi ne pas faire appel à un à un coach professionnel alors ?

Mais l’équation n’est pas simple à résoudre. Pour qu’un tel accompagnement fonctionne, il faut que l’intéressé soit volontaire, que l’entreprise soit elle-même dans une optique bienveillante, et un vrai coach professionnel. Il convient de fait de pouvoir faire un bilan du réel besoin de formation dans l’entreprise.

Une offre diversifiée, de la plus farfelue à la plus sérieuse.

Il y a sur la place des opérateurs qui proposent des actions de « réharmonisation », des approches fondées sur des principes qui peuvent être scientifiquement discutables (de type loi d’attraction, harmonie vibratoire quantique ou autre libération chamanique). Mais leur discours, bien qu’alléchant, est finalement assez facile à déjouer. Non. Là où le choix est compliqué, c’est lorsque l’on met en avant des certifications tout à fait reconnues et valables. L’entreprise doit exercer un sens critique et une recherche approfondie sur le prestataire choisi, en fonction de ses objectifs car la certification seule ne suffit pas. C’est aussi toute une expérience de vie et de l’entreprise qui fait le « bon » coach. Il ne faut pas hésiter à les rencontrer même plusieurs fois pour établir ensemble une proposition complète et des objectifs clairs. Même le meilleur professionnel peut ne pas être adapté à une situation précise !

Le coaching n’est en effet pas une méthode. Un protocole tout fait. C’est une approche globale, à la fois de l’humain et de l’entreprise, et qui demande de fait une réelle expérience de vie, et pas seulement l’application d’une seule méthode. A tel point que même de grandes associations de coaches, comme l’ICF ont sévèrement réduit le nombre de leurs membres face à des dérives non contrôlées.

De nouveaux outils RH à prendre au sérieux ?

Dans cette offre pléthorique, une approche semble se distinguer et faire l’unanimité, au point que les opérateurs se sont multipliés depuis une dizaine d’année. Original et semble-t-il efficace, l’équicoaching fait intervenir le médiateur cheval dans les programmes de formation ou la mise en place de team building. Cela peut paraitre étrange mais ce type de formation est particulièrement adapté à l’entreprise, que ce soit pour des formations personnelles ou collectives. Bien qu’il existe aussi de nombreux amateurs, la profession requiert toutefois des compétences telles qu’il est nettement plus simple de vérifier la qualité professionnelle de l’intervenant. Une simple visite ou assister à un séminaire peut suffire à vous rendre compte du sérieux et de la qualité de la prestation.

Cette approche est d’ailleurs réalisée par de vrais coaches, expérimentés, qui, grâce à leur solide connaissance du cheval et une formation souvent longue, peuvent proposer cette approche (voir par exemple le cas de Equicoaching Maroc)

equicoaching

Choisir le coach ou l’approche pour son entreprise ne se fait pas à la légère. C’est le fruit d’une réflexion profonde sur les besoins de l’entreprise, qui devrait impliquer le top management mais aussi la GRH, et peut être surtout, les principaux intéressés ! C’est aussi à cela que servent les audits préliminaires, qui peuvent vous aider à ce diagnostic quelle que soit la solution choisie par la suite !

Mot-clé :

Une réponse à Les nouvelles approches du coaching, entre véritables outils RH et fantaisies marketing

  1. MEHDI dit :

    Merci pour cet article fort intéressant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *