Bien choisir son statut d’entreprise

Être à son compte, développer une activité, sont des moyens passionnants de s’épanouir au niveau professionnel. Cependant, la manière dont la structure sera organisée et qualifiée sur le plan légal a un impact important sur la réussite générale de cette nouvelle entreprise.

question

Il est essentiel de choisir son statut en fonction de ses besoins réels, en tenant compte de son prévisionnel, de ses ambitions, du type d’activité, ainsi que des ressources humaines qui seront nécessaires au bon fonctionnement de cette structure.

De nombreux choix s’offriront à vous, il sera nécessaire de passer suffisamment de temps à peser le pour et le contre pour faire tout de suite le choix le plus judicieux. Posez-vous les bonnes questions et renseignez-vous sur les préconisations faites concernant la profession concernée.

Deux types principaux d’entreprise : individuelle ou société

L’entreprise individuelle a beaucoup évolué durant les 10 dernières années. Celle-ci présente aujourd’hui plusieurs possibilités concernant sa structure juridique. D’une manière générale, il s’agit d’un statut juridique qui vous confond avec votre structure : celle-ci et vous ne formez qu’une seule personne. Cela signifie que votre patrimoine personnel est engagé dans cette entreprise et pourra être saisi en cas de liquidation judiciaire. C’est donc un risque à prendre, mais qui peut aussi vous apporter différents avantages.

En effet, on peut choisir par exemple d’opter pour le statut d’auto-entrepreneur, qui est aujourd’hui fortement plébiscité pour sa simplicité d’organisation, pour le fait qu’il ne soit pas trop engageant, bien qu’il constitue parfois un frein pour les entrepreneurs, puisqu’un chiffre d’affaires maximum est requis, sous la forme d’un plafond. Cependant, de nombreuses activités, qu’elles soient relatives à la vente de marchandises, à la prestation de service ou au libéral sont concernées par ce statut et peuvent être pratiquées sous celui-ci.

En revanche, depuis le 1er janvier 2011, on peut choisir une alternative qui se situe entre la société et l’entreprise individuelle, qui est l’EIRL, ou entrepreneur individuel à responsabilité limité. Ce statut permet de différencier les deux patrimoines, celui qui est relatif à l’entreprise, et le patrimoine propre de l’entrepreneur. Cette solution peut être intéressante pour les entrepreneurs frileux de s’engager financièrement pour cette raison de confusion de patrimoines.

La société en revanche est une personne morale, qui ne se confond pas avec vous-même. SARL, SA, EURL, SAS, SNC sont des formes juridiques qui permettent donc de protéger son patrimoine.

Ce sont des formes qui permettent d’avoir plusieurs associés, à partir de 2 pour la SARL, 7 au minimum pour la SA, à titre d’exemple. Ce sont des statuts juridiques conseillés lorsque l’on souhaite pratiquer une activité nécessitant une organisation plus complexe. Les démarches à effectuer seront plus importantes.

En bref, ce sont des modèles beaucoup plus compliqués, mais qui ont leurs avantages également, quand on souhaite partir sur un projet de très grande envergure. C’est avant tout une question de développement et d’ambition.

Quels sont les critères à considérer ?

Pour ce choix, vous allez devoir prendre en considération différents critères, qui vont conditionner la manière dont vous allez monter et développer votre entreprise. Tout d’abord, la première question à vous poser est : vais-je m’associer ? Si la réponse est oui, il faudra bien entendu opter pour un statut parmi ceux de la société. Il faut également savoir que certaines activités en particulier peuvent nécessiter l’emploi d’un statut en particulier. Pensez donc à vous renseigner concernant l’activité que vous désirez exercer dans le cadre de cette création d’entreprise, afin de ne pas vous tromper.

Comme nous vous le disions, les besoins financiers de votre entreprise sont également à prendre en considération lors du choix du statut juridique, notamment quand certains investissements sont nécessaires. Impossible d’envisager dans ce cas la création d’une simple entreprise individuelle.

Pensez également à envisager les critères relatifs à la fiscalité : celle-ci peut changer du tout au tout en fonction du statut d’entreprise, et cela fait donc partie des questions que vous devez vous poser absolument avant de vous lancer, afin d’opter pour la formule qui soit la mieux adaptée à vos souhaits et besoins.

Les entreprises selon leur forme juridique auront aussi un fonctionnement très différent, concernant l’organisation patrimoniale, mais aussi dans le structure même de la société. Très simple quand il s’agit d’une entreprise individuelle puisque les décisions sont prises par une seule et unique personne, cela devient beaucoup plus complexe quand on opte pour un régime plus compliqué comme la société, où plusieurs associés et actionnaires se partageront les responsabilités et les décisions.

En conclusion

Avant de prendre la moindre décision, pensez donc à réfléchir à toutes ces questions. N’hésitez pas également à vous faire conseiller par une agence spécialisée dans la création d’entreprise qui vous indiquera sans doute les meilleures solutions, en fonction de votre spécialité.

Crédit photo: Flickr, Scott McLeod

 

Mot-clé :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *